Loading…
Welcome to IGF2017! Create your schedule below and participate!
Venue Map
View analytic
Thursday, December 21 • 09:00 - 10:00
LE QUOTIDIEN D’INTERNET ET CYBERCRIMINALITÉ AU CAMEROUN (OF28)

Sign up or log in to save this to your schedule and see who's attending!

AU NIVEAU INSTITUTIONNEL 10 Min

Le secteur des Télécommunications et des TIC comprend les acteurs suivants aux rôles spécifiés :
- le Ministère des Postes et Télécommunications chargé de la supervision, de la réglementation, de l’élaboration de la politique d’accès a internet. 
- l’Agence de Régulation des Télécommunications chargée du suivi et du contrôle des activités des opérateurs de réseaux et fournisseurs de services de communications électroniques ;
- l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication, Autorité de Certification Racine chargée de la régulation des activités de sécurité des réseaux et systèmes d’information, et de celles relatives au développement des TIC ;

AU PLAN RÉGLEMENTAIRE 10 Min

Tenant compte d’un environnement convergent et des menaces qu’il présente, le Président de la République a promulgué cinq lois essentielles au rang desquelles :
- la loi n°98/013 du 14 juillet 1998 relative à la concurrence ;
- la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010, relative à la cybersécurité et à la cybercriminalité au Cameroun qui dote le pays d’une autorité de certification Racine et réprime les crimes cybernétiques ;
- la loi n° 2010/013 du 21 décembre 2010, régissant sur les communications électroniques au Cameroun qui consacre la délivrance des licences multiservices dans un environnement convergent ;
- la loi n° 2010/021 du 21 décembre 2010, régissant le commerce électronique au Cameroun qui favorise l’éclosion du e-commerce ;
- la loi-cadre n°2011/012 du 06 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun.
En marge des textes législatifs, plusieurs textes réglementaires subséquents ont également été signés.

ÉTAT DES LIEUX 10 Min

- coupure d’internet dans la partie orientale du Cameroun, précisément dans les provinces de Buea et Bamenda.
- un bond du commerce électronique en ligne malgré l’existence de nombreuses dérives.
- les réseaux sociaux sont les premières raisons d’usage d’internet au Cameroun. La population est essentiellement jeune et 50% sans emploi d’où la forte influence de ces réseaux. 
- Au Cameroun, c’est au régulateur qu’il est revenu de présenter les limites du système de défense national face aux cyber-attaques. De ses propos, on apprend que la réglementation camerounaise demeure incomplète. En effet, l’ANTIC n’a toujours pas le pouvoir de sanctionner alors qu’elle doit remplir des missions de régulation.
Il manque aussi un cadre légal de protection des données personnelles. Pourtant dans le monde, 53% des attaques cybercriminelles portent sur le vol d’identité. Par ailleurs, il manque une plateforme de collaboration entre les différentes entités engagées dans la lutte contre la cybercriminalité (l’ANTIC, l’armée, la délégation générale à la Sûreté nationale et le ministère des Postes et Télécommunications).
Plusieurs logiciels malveillants sont en circulation, près de 100 000 étant fabriqués dans le monde chaque mois. Un seul de ces logiciels peut pirater les données d’un ordinateur et même l’ensemble d’une base de données. Du coup, la menace d’un péril plane sur le système d’information des entreprises voire de l’Etat. Dans ce cas, la confidentialité ne sera plus assurée, les pirates pouvant prendre le contrôle des informations en circulation.
Le Cameroun n’est donc manifestement pas à l’abri dans un monde où 16 données sont volées par seconde. L’ANTIC rappelle d’ailleurs que 90% des logiciels et systèmes d’exploitation utilisés au Cameroun sont piratés. Il est également fréquent que soient piratés des adresses mail et des comptes sur les réseaux sociaux, même ceux appartenant à des membres du gouvernement.la cybercriminalité coûte au Cameroun plusieurs dizaines de milliard de Fcfa chaque année.

SOLUTION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE. 15 Min

Au vue de ce qui précède, il nous importe à tout un chacun de continuer à sensibiliser, former, éduquer notre entourage sur les sujets de Cyber sécurité notamment sur les basiques comme l’adoption d’une bonne hygiène Informatique [6] aux choses un peu plus complexes comme la protection des Infrastructures Critiques, en passant par des sujets tous aussi importants comme la protection de la vie privée en ligne, l’espionnage industriel, la sécurité des transactions financières, la lutte contre la Cybercriminalité…

RÉPONSES AUX QUESTIONS 15 Min
Tag 1: internetgovernanceTag 2: Social MediaTag 3: CybersecurityName(s) of Speaker(s):ATANGANA BIKELE GILBERT
NYOBE ANGELIN CONSTANT
NOUSSI JACINTE
Name of Online Moderator: ATANGANA BIKELEBackground Paper:Past IGF Participation: NoReport Link:Name: Mr. GILBERT ATANGANA BIKELEOrganizational Affiliation: Ministry of Communication

Session Organizers

Thursday December 21, 2017 09:00 - 10:00
Room XXV - E United Nations Office at Geneva (UNOG)

Attendees (19)